Accueil du site > 17- Canal à Vélo ou à pied > Randonnées, Parcours découverte > De PONT-VERT à BOURGES

De PONT-VERT à BOURGES

dimanche 8 janvier 2017, par ARLETTE, MSMT

Pour la dernière randonnée découverte sur cette portion du canal, nous nous retrouvons au port de PONT-VERT, ce lundi 12 décembre 2016.

Il y a là un quai de 215m qui servait, entre autres, à charger le minerai de fer de La Chapelle St Ursin et à décharger le carburant du “CHER” : le dernier bateau à avoir navigué sur le canal. Nous empruntons le chemin de halage et passons sous le pont de chemin de fer Bourges/Vierzon.

Nous allons parcourir 1.5 km jusqu’à la prochaine écluse ; que voyons-nous ? beaucoup d’élodée dans le canal et de nombreux passages de ragondins, plus de rideaux de peupliers, ils ont été coupés en 2010/2011, ils étaient devenus dangereux et un joli petit pont : le pont du chemin vert.

Nous arrivons à l’écluse de “Pierrelay” où nous attendent deux membres de “l’association des habitants du hameau de Pierrelay” pour nous présenter la très jolie fontaine “J. Brisset” : Les habitants du hameau venaient puiser l’eau de consommation vers les années 1838 et suivantes.
La Fontaine J. Brisset

Inauguration

L’écluse est en bon état, toujours avec un vilain batardeau en amont. La maison éclusière est bien restaurée mais hélas toujours pas de plaque sur la façade ; quand reverrons-nous une plaque sur une maison éclusière où fume la cheminée……

Nous poursuivons sur le chemin de halage avec, maintenant, un rideau d’arbres de chaque côté ; plus d’élodée non plus. Soudain un attroupement autour de Gilles, nous arrivons au déversoir qui régule l’eau dans l’Yèvre.

Notre attention va se détourner du canal pour regarder quelques vestiges sur l’Yèvre : les culées d’un pont, puis, un peu plus loin un barrage avec à nos pieds l’emplacement d’une porte marinière. Au XVI° siècle, l’Yèvre était naviguée de Bourges à Vierzon.
Porte marinière
Passage d’une porte marinière

Rapidement nous arrivons au “moulin Bâtard” ; cette grande bâtisse est construite entre l’Yèvre et le canal mais sa construction est bien antérieure à celle du canal : le moulin apparaît dans les archives dès 1128. Vers les années 1700 il est utilisé comme moulin à drap par les “Maîtres foulons de Bourges”. Puis au fil du temps il sera restaurant et guinguette, l’une de nos randonneuses a fait son repas de noces ici, souvenir, souvenir. Maintenant il est transformé en appartements. A l’arrière, seule l’ancienne roue n’a pas été restaurée, dommage dans un si bel endroit.

Il est temps de revenir à notre canal ; le chemin de halage est agréable, il y a des arbres et des feuilles mortes.

Après un petit moment de marche un pont s’élève devant nous : Il s’agit d’un pont de type Bowstring ou pont à arcs sous tendus qui permettait un tirant d’air important pour faciliter le passage des bateaux ; il supportait une ligne de chemin de fer qui reliait l’usine Aérospatiale à la gare, maintenant devenue une partie de la rocade verte.

Nous entrons maintenant dans Bourges pour arriver rapidement à un endroit très riche en patrimoine :

  • 1- devant nous : l’écluse de la Chappe, les bajoyers sont en bon état ; ce jour, en amont, seule une vanne donne de l’eau au canal, ce qui contribue à un amoncellement de détritus.
  • 2- sur la gauche on découvre la cale de radoub où l’on réparait et entretenait les péniches.
  • 3- Encore plus à gauche nous voyons une grande bâtisse : il s’agit du moulin de la Chappe. C’est le dernier moulin encore en activité à Bourges. L’énergie hydraulique de l’Auron est remplacée par l’électricité mais la roue existe encore. Ce moulin fait partie des entreprises historiques de Bourges puisqu’il a été construit vers 1500.
  • 4- Ici le canal passe dans la rivière, on dit qu’il est en racle dans l’Auron.
  • 5- André nous montre le trajet de la rigole qui amenait l’eau de l’Auron vers le canal ; elle débouche à quelques mètres en aval de l’écluse.
  • 6- Puis, caché dans un buisson, nous découvrons une borne kilométrique en bon état avec 56 ; à cet endroit nous sommes à 56 km de Fontblisse, le point zéro du canal. Quel endroit fabuleux qui mériterait bien plus d’intérêt et de mise en valeur. Encore quelques mètres et notre randonnée s’achève à l’ancienne écluse “Messire Jacques” ; là, c’est beaucoup moins attractif : C’est la fin provisoire du canal que nous pouvons retrouver 6 à 7 km plus loin sur la commune de Plaimpied.

En 2017 nous découvrirons la branche Est du canal.

Texte et images de Marie-Thé, Madeleine, Mireille
Mise en page : Arlette

Portfolio

Le port de Pont-Vert Elle alimente le canal Ecluse de Pierrelaye Ecluse en bon état Barrage pour le moulin Partie restaurée Le barrage de la Chappe Le Moulin de la Chappe A 56 km de Fonblisse...