Accueil du site > 7- Jumelage > Jumelage ARECABE/ Costswold Canals Trust

Jumelage ARECABE/ Costswold Canals Trust

samedi 28 mai 2011, par Madeleine THONNIET

Jumelage ARECABE/ Costswold Canals Trust 2ème édition du 6 au 13 avril

Mercredi 6 avril, nouvelle rencontre de l’ARECABE des Cotswold Canals Trust. Un programme de travail, entretiens, visites a été mis au point par Clive et Jill Field, responsables des centres de Saul Jonction à Gloucestershire, et Wallbridge lock à Stroud. Ces deux centres situés, pour le premier au bord d’un grand canal, pour le second en bordure d’un canal similaire au canal de Berry.

Jeudi, matinée de travail avec un groupe d’une vingtaine de bénévoles. Armés de pelles, pioches, cisailles, brouettes, il faut mettre en état le chemin de halage et débroussailler l’endroit où le canal retrouvera sa place. Ces bénévoles viennent tous les jeudis. Ce sont des personnes en réinsertion, avec un handicap physique ou mental léger, d’autres, plutôt qu’un enfermement en prison, font un travail d’intérêt général, et bien sur, des membres des cotswold Canals. L’équipe est dirigée par Jon Pontefract, chef des bénévoles pour Stroud District Council et Cotswold Canals Trust. Nous sommes impressionnés par le sérieux et la volonté de tous, impliqués à cette tâche. Pour les bénévoles le travail reprenait l’après-midi. Pour nous, accompagnés de Jill et Polly, nous allons tout au long du chemin de halage, voir plusieurs sites : une écluse, déjà en réfection l’année dernière, dont les travaux ont considérablement avancés. Une menuiserie implantée sur l’emplacement du canal sera reconstruite plus loin afin de remettre le canal en son lit. Ainsi un ancien port devrait retrouver son activité et un canal dont une grande partie n’est plus navigable, redevenir opérationnel. Le chemin de halage, sur un seul côté du canal et bien entretenu incite les randonneurs et les cyclistes à emprunter cet itinéraire calme et tranquille.

Vendredi matin approvisionnement du Centre de Saul Jonction. Il ouvrira ses portes samedi. La navigation est intense sur le canal et les promeneurs nombreux n’hésitent pas à faire une halte pour un petit rafraichissement, un thé ou un café. L’après midi, avec une interprète, nous rencontrons Ken Burgin, directeur général des Cotswold Canals Trust. Il gère une équipe de bénévoles sur l’écluse de Eisey. Cette écluse est en restauration depuis 3 ans. Pour ces travaux, les bénévoles sont stagiaires ou en expérience de travail. Ils sont présents pendant leurs congés et les Week-end. Ken Burgin désirait connaître les projets de nos élus quant au canal de Berry et les résultats des sondages. Il faut savoir qu’en Angleterre une consultation locale est prévue avec le public afin d’avoir son opinion sur les travaux à réaliser. Pour le canal 96% du public est d’accord. Nous lui expliquons que dans notre département la difficulté vient de la multitude des syndicats qui n’ont pas tous la même compétence. Dans les travaux très récents, entre St Cyrs Eglise et Ryeford Double lock, les pieds de berges ont été relevés sur 1,600 km, (ainsi que cela est pratiqué dans le Loir-et-Cher) et un pont entièrement refait pour permettre la navigation, (la visite de ce site est prévue dimanche matin). Les boues, ont été mises en partie sur le chemin de halage et égouttées. Les déchets ont été triés, récupérés et vendus. Une somme de 120 € environ a été donnée aux Cotswold canals.

En Angleterre 3 options sont à choisir pour les boues extraites du canal : 1) obtenir l’autorisation de les étaler sur le chemin de halage, c’est ce qui est fait le plus souvent 2) obtenir l’autorisation de les étaler dans les champs, après analyses prouvant que les boues améliorent la qualité de la terre 3) Mettre les boues en déchetterie mais cela coûte très cher. Il n’y a qu’un chemin de halage permettant de longer le canal, l’autre est en partie privée et donc inaccessible. L’entretien de deux chemins de halage est trop coûteux. Ainsi autrefois, lorsqu’il y avait deux péniches, l’un des bateaux laissait tomber sa corde afin que l’autre puisse passer.

Les portes d’écluses sont en bois. En Angleterre les fonds pour la restauration des portes d’écluses sont donnés à condition que celles-ci soient en bois pour conserver l’héritage.

Samedi avec le soleil, journée de navigation au départ de Worcester sur le narrowboat de nos hôtes. Environ 12km avec 14 écluses et un pont tournant, le tout entièrement manuel. Le Pub, en bordure du canal, pour la halte de 14 heures était le bienvenu.

Dimanche matin une réunion, à laquelle nous étions conviés, était organisée par Clive avec plusieurs associations de navigation au centre Wallbridge lock à Stroud, où d’importants travaux sont réalisés pour la réouverture du canal. L’après-midi se passe au centre de Saul Junction.

Ces quatre journées nous ont conforté dans l’idée, compte tenu de l’avancement des travaux effectués depuis notre visite en avril 2010, que le travail régulier des bénévoles, autorisé en Angleterre, est constructif et porteur de résultats surprenants. Nous espérons à nouveau cette année, la visite à Vierzon de nos amis anglais. Malheureusement, nous ne pourrons pas leur montrer, malgré les travaux réalisés sur le linéaire entre Marmagne et Mehun, un canal navigué, les ponts au niveau du canal et les écluses bétonnées ne le permettant pas.

Un cadeau des Cotswold Canals, deux casques de chantier pour notre opération de nettoyage au pont-Canal de la Tranchasse le 15 mai.

Profitant du séjour en Angleterre, une visite à Falkirk via Edinburgh s’impose. Il s’agit de tester la possibilité de faire une escapade Ecossaise, avec les adhérents, en avril ou mai 2012. Le but : voir la roue de Falkirk, exclusif ascenseur à bateaux rotatif. Lorsque la Roue tourne, les bateaux et l’eau contenus dans ses deux grands bacs sont transférés entre un aqueduc relié au canal Union, et un bassin communiquant avec le canal Forth & Clyde adjacent, 25 mètres plus bas. Cette structure à l’aspect spectaculaire, connecte à nouveau, après 70 ans d’interruption, les deux principaux canaux des Lowlands, les sauvant ainsi de plusieurs décennies d’abandon. Cet ouvrage est, le mot est faible, impressionnant, particulièrement en rotation !

Madeleine Thonniet